Sacrifices – Ellison Cooper


Titre original : Buried
Traduction (américain) : Cindy Colin Kapen
Le Cherche-Midi, 2019, 443 pages

Livre lu dans le cadre du Prix Elle 2020.

La première phrase :

Maxwell Cho appréciait le calme feutré de la vallée de Shenandoah.


La quatrième de couverture :

Neuroscientifique, spécialiste du comportement des psychopathes, Sayer Altair est appelée d’urgence par le FBI. On vient de retrouver des ossements humains dans une grotte perdue du parc national de Shenandoah. Un tueur semble y déposer ses victimes depuis des décennies. Lorsque l’affaire est reliée à la disparition inquiétante d’une femme et de sa petite fille quelques mois auparavant, une course contre la montre s’engage pour les retrouver avant l’issue fatale.


L’opinion de Miss Léo :


Pas convaincue… J’espérais me détendre l’esprit avec un bon petit thriller des familles, mais j’ai retrouvé dans Sacrifices les mêmes défauts que dans Rituels, premier tome de la série consacrée au personnage de Sayer Altair (à vrai dire, je n’aurais sûrement pas lu le deuxième s’il n’avait pas été dans la sélection du Prix Elle).

Si vous aimez les intrigues tirées par les cheveux, les ambiances de carton-pâte (ah, la forêt pluvieuse !), les serial-killers aux méthodes grotesques et les enquêteurs incompétents, alors n’hésitez plus : Sacrifices est fait pour vous ! Ajoutez à cela des dialogues d’une pauvreté affligeante, une pseudo-érudition de pacotille, des clichés en veux-tu en voilà, de nombreuses facilités scénaristiques et des rebondissements cousus de fil blanc (oui, j’ai très vite deviné l’identité du coupable, pourtant jamais soupçonné par des agents dont le manque de professionnalisme a de quoi laisser rêveur), et vous obtiendrez un page-turner insipide, qui aurait pu être efficace avec une écriture un poil plus exigeante. Vite lu, vite oublié, à l’image de dizaines d’autres thrillers avec serial-killer parus ces vingt dernières années…

Peut-être ai-je trop consommé par le passé ce genre littéraire qui peine à se renouveler… Peut-être me suis-je lassée… Toujours est-il que, si le style d’une Patricia Cornwell n’avait en soi rien d’exceptionnel, les intrigues de ses premiers romans n’en demeuraient pas moins mille fois plus denses et travaillées que celles d’une Ellison Cooper. On a un peu la sensation que tout à déjà été fait dans ce domaine, et que les auteurs actuels chargent la barque pour tenter de se démarquer, en injectant dans leur récit une multitude d’éléments prétendument originaux, ou en infligeant des sévices toujours plus horribles aux malheureuses victimes. Comme c’était déjà le cas dans Rituels, le modus operandi du tueur est bien trop sophistiqué et tiré par les cheveux pour être crédible. Qui se souviendra de X, le grand méchant de Sacrifices ? Personne, bonne réponse ! On est très loin d’un Hannibal Lecter ou d’un Temple Gault, psychopathes prédateurs à la personnalité glaçante et ô combien marquante, dont le souvenir s’est imprimé durablement dans l’imaginaire collectif.



One thought on “Sacrifices – Ellison Cooper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *