New York, Portrait of a City – Reuel Golden

Editions Taschen, 2010, 560 pages

 

Très bel ouvrage que ce superbe recueil de photographies, publié par les toujours excellentes éditions Taschen. On est subjugué par le nombre, la qualité et la variété des clichés proposés, qui couvrent une vaste période s’étalant de 1850 à 2010. Le livre est découpé en cinq chapitres chronologiques, retraçant les mutations subies par la ville de New York à chaque étape de sa riche et tumultueuse existence. Les textes de Reuel Golden, diplômé en sciences politiques, journaliste spécialisé dans l’art et la photographie, permettent  quant à eux de replacer les images dans leur contexte historique et économique.
 

Brooklyn Bridge (Plaque de verre, Anonyme)

 

I- 1850-1913 : City of Reinvention
II- 1914-1945 : Reach for the Sky
III- 1946-1965 : The World’s Capital
IV- 1966 – 1987 : Mean Streets
V- 1988-TODAY : Tragedy to Triumph

 

Hester Street, Lower East Side (Anonyme, 1898)

 
Les lecteurs fidèles de mon blog le savent : je suis moi-même fascinée et passionnée par l’évolution architecturale et démographique de cette ville que j’adore et qui n’en finit pas de me séduire. Je ne pouvais donc pas rester insensible à la beauté et à la pertinence des photos sélectionnées par l’auteur. Elles sont toutes intéressantes, et offrent une vision tour à tour grandiose et insolite de la Grande Pomme, dans toute son agitation et sa diversité.
 

Empire State Building (Lewis Hine, 1930)

 
Du Lower East Side à Central Park, des vagues d’immigration des années 1900 à la tragédie du 11 Septembre, en passant par la construction des premiers skyscrapers, la crise de 29 et la libération des moeurs des années 70, New York a toujours été au coeur des grands bouleversements qui façonnèrent le monde moderne occidental. Ville symbole, NYC est une cité innovante et tournée vers l’avenir, qui se veut à la fois capitale culturelle, ville d’accueil et centre névralgique de l’économie mondiale.
 

Tempo of the City (Berenice Abbott, 1937)

 
Gangsters et prostituées, ouvriers et banquiers, artistes et immigrés, riches et démunis… Tout ce petit monde se côtoie par tous les temps, hiver comme été, au hasard des ruelles étriquées et des grandes avenues luxueuses de la “ville qui ne dort jamais”. Cette atmosphère bouillonnante et contrastée est parfaitement rendue par les photos du livre, dont je vous laisse encore admirer quelques morceaux choisis (il y en a des centaines, et celles-ci ne sont pas forcément les plus exceptionnelles).

 

The Street (Alfred Stieglitz, 1901)

 

Grand Central Terminal (Anonyme, 1929)

 

Les fameuses bouches d’incendie font le bonheur des petits new-yorkais lors des étés caniculaires :
 

Bouche d’incendie (Ruth Orkin, 1950)

 

Quelques décennies avant l’invention du smartphone :

 

Anonyme (Années 20)

 
Harlem, au nord de Manhattan :
 

Harlem Mother with Two Childs (Années 20)

 
Celle-ci est tout à fait étonnante, l’apparente désinvolture du groupe d’amis contrastant avec l’effondrement des Twin Towers en arrière-plan :
 

Williamsburg, Brooklyn (Thomas Hoepker, 9-11-01)

 

Vous l’aurez compris, je suis totalement conquise, et je serais ravie que vous vous laissiez à votre tour séduire par cet ouvrage, dont le prix n’est d’ailleurs pas excessif (merci Taschen).

 

Un très bel objet !
 
Offrez-le, ou faites-le vous offrir.
 
———————————————————-
 

 
Ceci est ma contribution de septembre au projet non-fiction de Flo, et me permet de participer une nouvelle fois au challenge Beaux Livres d’Eiluned.
 

Ils pourraient également vous intéresser :

11 thoughts on “New York, Portrait of a City – Reuel Golden

  1. D'après les images que tu proposes, je crois que ce livre me plairait bien! À cause du côté historique des photos. Je ne raffoleras des images moderne sur cette ville, car on les voit suffisamment comme ça. Mais l'écoute historique, architectural me plaît!

  2. Ils ont aussi sorti Londres et Paris dans la même édition ! Si tu es fasciné par l'architecture et la conception de la ville, je pense que le roman/docu dont je parle 'le diable dans la ville blanche', te plairait beaucoup !

  3. Je ne suis pas plus attirée par New York que lors de ton dernier billet sur le sujet, mais les photographies m'intéressent par contre ! Je me laisserais bien tenter par celui sur Paris mentionné par Emeraude. La collection semble vraiment intéressante.

    1. Bienvenue chez moi !
      Je ne suis pas sur Hellocoton. Un jour peut-être, mais je n'ai vraiment pas le temps de m'en préoccuper pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *